Webmagazine

CULTURAMA, explorateur de tendances, est la nouvelle destination des découvreurs défendant le meilleur de l’Art, de l’Architecture et du Design afin de réinventer votre style de vie contemporain.

Webmagazine et diffuseur de création audiovisuelle avec CULTURAMA STUDIO, CULTURAMA vous accompagne dans l’exploration de l’Art et du Design du 21e siècle, grâce à des coups de cœur, des exclusivités, des interviews, des reportages.

  Broche | 2015 | Photo. Sébastien Coindre | Piaget & Nelly Saunier©

Broche | 2015 | Photo. Sébastien Coindre | Piaget & Nelly Saunier ©

sommaire

CULTURAMA-46-NellySaunier

Nelly Saunier

« Il faut être léger comme l’oiseau, et non comme la plume. »

Culturama Studio

Homemade

Une expérience unique, tournée en plein confinement …

Culturama Homemade

EXPLORATEUR

Tendances de l’Art, de l’Architecture et du Design au 21e siècle.

Édito

La légèreté
des nouveaux jours

culturamastudio

En 2021, CULTURAMA vous invite à fendre l’air et l’armure, loin des pesanteurs, loin aussi des contingences sanitaires. En vol stationnaire ou plané, les oiseaux s’affranchissent de la lourdeur terrienne tout en ouvrant des espaces inaccessibles pour le commun des mortels. Au sol, les plumes tombées des mues témoignent de leurs tracés aériens mais peuvent aussi nous emmener autre part.

Dans son travail créatif, Nelly Saunier utilise ce matériau singulier pour rendre hommage à Dame Nature et à son harmonie, qui manque tant à nos sociétés.

CULTURAMA vous invite dans ce numéro à rencontrer une artiste de la plume ; ses Natures transformées© vibrent d’une énergie poétique unique en diffusant un message puissant sur la beauté de cette Nature.

Pour entamer avec bonheur cette nouvelle année, nous vous souhaitons de porter la liberté, la légèreté et la douceur de vivre en étend’Art !

Il faut être léger comme l’oiseau
et non comme la plume.

       Paul Valéry

L’Art de la plume

l'étend'art

Nelly saunier

Éric de CULTURAMA : Frédéric Mitterrand vous a déclaré : «Votre dextérité et votre imagination nous montrent comment la plume est bien plus qu’un objet de parure. Nommée Maître d’Art en 2008, avec vous, on plonge dans un rêve qui réunit la matière à l’air.» Comment vous est venue cette passion pour la plume comme matériau ?

Nelly Saunier : Ma rencontre avec cette matière a surgi d’un lien très étroit avec les oiseaux ; en tout premier lieu, c’est l’amour inconditionnel pour ce règne animal, lié bien sûr à l’enfance, qui a déterminé la suite. Les oiseaux, tout comme la découverte du bruissement des feuilles, du croassement des grenouilles, participaient à l’éveil de mes sens lors de mon enfance dans le Val-de-Marne. Toute cette vie nourrissait mon imaginaire d’enfant, et reste inscrite dans mon inconscient.

Le choix professionnel s’est fait à 14 ans, et cette vocation a été une évidence pour moi. Ce travail, qui passe par le «faire», a imprégné toute mon existence.

J’y ai consacré ma vie avec le désir de développer ce savoir-faire ancestral. À l’époque, une seule école formait à ce métier. Un de mes professeurs a remarqué l’énergie bouillonnante qui m’animait et m’a orientée vers l’École des Arts Appliqués où je suis devenue designer textile. Plus tard, en tant qu’enseignante, unique professeur de plume, j’ai œuvré pour que cette tradition perdure et que la maîtrise des gestes se transmette. J’ai fait participer mes élèves à des évènements extérieurs au lycée, afin de promouvoir cette section unique en France, de dynamiser et faire redécouvrir le métier par une mise en valeur de leurs travaux.

Avec mon établissement, nous avons organisé des événements comme, par exemple, des défilés à la Sorbonne. Aussi bien en tant qu’artiste qu’enseignante, j’ai travaillé à valoriser mon métier et à lui créer des ouvertures qu’il n’avait pas encore. En utilisant l’Art du trompe-l’œil et le flou des frontières entre nature et artifice, en introduisant une toute autre vision de la plumasserie, se font jour de nouvelles possibilités pour des mises en œuvre inédites, de nouveaux champs de création pour la plume.

Cécile Rogue & Nelly Saunier©

Corolla Ararona | 2012 | Cécile Rogue & Nelly Saunier © 

Éric : Comment travaillez-vous ?
Quel est le cheminement de l’intuition jusqu’à la réalisation ?

Nelly : Quand on maîtrise un savoir-faire après toutes ces années, une certaine magie opère. Pour la série des Natures transformées, il y a une sorte d’impulsion quand je trouve le matériau le plus adapté. Par exemple, une branche de saule évoquant un feuillage inhabituel vient confirmer une intuition, parce qu’elle représente la part de la nature qui convient. L’œuvre traduit l’essence naturelle, sans la copier totalement, entre hyperréalisme et évocation poétique. Lors du processus créatif, l’évidence se fait jour quand tout est en accord, alors la chose se fait, et cela n’a rien à voir avec le savoir-faire. Le travail vient confirmer la justesse de l’intuition.

Photo de plume de collet de coq | 2018 | Photo. Alain Perret | Nelly Saunier © 

Actuellement, je prépare une pièce évoquant un très grand arbre du voyageur pour La nuit du rossignol de la Philharmonie de Paris en mars 2021 ; il viendra s’ajouter à ma série des Natures transformées.

Lors de ma visite à la Cité de la musique pour choisir le lieu qui sera dédié à cette pièce, j’ai en effet découvert l’espace où est exposé cet instrument à cordes indien, une vièle taus, une pièce méconnue et rare en forme de paon. Le choix de cet instrument, qui fait référence à l’oiseau, s’est imposé à moi avec l’idée de l’extraire de la collection pour une nouvelle mise en valeur à présenter au public. Le choix de l’arbre du voyageur crée une correspondance idéale car on le surnomme aussi «le paon végétal», ce que j’ignorais au moment de mon choix et fait sens avec cet ensemble…

Photo de plume de collet de coq | 2018 | Photo. Alain Perret | Nelly Saunier © 

Éric : Vous travaillez aussi avec la haute joaillerie. Comment se déroule ce processus de création ?

Nelly : Pour le travail de commande, c’est différent de la création personnelle dans le sens où je dois entrer dans une thématique. Par exemple, lors d’une commande sur des manchettes autour du thème du coucher de soleil, je travaille à trouver l’adéquation entre le sujet et l’état d’esprit correspondant. Évoquer la douceur d’un ciel par le jeu de la composition permet de saisir l’essence de ce moment particulier. Le rayonnement est notre référence culturelle pour parler du soleil. Au crépuscule, on ressent dans l’air une forme d’evanescence et des couleurs particulières, ce que l’on a réussi à traduire et à faire ressentir. Le défi est d’être force de proposition dans un équilibre entre le respect du sujet et l’objet lui-même. Parfois, il faut de six à huit mois de travail pour mener un projet jusqu’à son terme.

Manchette Sunny Side of Life | 2016 | Photo. Stéphanie Rivière |Piaget & Nelly Saunier © 

L’Art de la plume au service de la création pour la haute joaillerie, au-delà d’énormes contraintes techniques, bouscule les usages et fait évoluer nos métiers respectifs ; c’est une histoire de dépassement pour atteindre une justesse malgré la complexité. Pour aboutir dans cet exemple à un dégradé de plumes qui évoque le rayonnement solaire, tous les détails techniques sont affinés dans une collaboration étroite avec les créateurs jusqu’à la réalisation, puis on ajoute les pierres, et l’ensemble doit s’harmoniser pour former un bijou. Lors de la conception de mes maquettes, je fais une douzaine de recherches pour trouver du merveilleux et «rendre les plumes aussi belles que les pierres» en sublimant la matière.

Atelier | 2016 | Nelly Saunier ©

Éric : À l’occasion de l’évènement «Nuit Blanche Kyoto 2015», vous avez créé avec l’artiste japonaise Shuho Hananofu – Maître d’Ikebana (Art floral japonais) – un spectacle vivant inédit intitulé Merveilles où s’allient votre Art de la plume à celui de l’Ikebana. Pouvez-vous nous parler de cette rencontre ?

Nelly : Ma résidence de 2015 à la Villa Kujoyama a duré quatre mois et a confirmé mes choix personnels. La plume parle de l’essence de ce qui me nourrit, de cette nature qui a bercé mon enfance, et à laquelle je rends hommage. C’est grâce à cette rencontre unique avec l’artiste performeuse et maître d’Ikebana, Shuho Hananofu, que je suis revenue au cœur de la nature comme source d’inspiration. Le travail et la personnalité de cette femme qui réalise des performances avec des plantes, des fleurs ou des branches, m’ont profondément touchée. L’Ikebana utilise la symbolique de chaque élément pour donner l’impression que la nature s’est exprimée de manière épurée. À travers cette rencontre qui ne me quitte pas, est née l’idée des Natures transformées, dans une intention poétique.

La complexité technique se fait oublier sous une apparence qui résulte du mélange entre savoir-faire, envie de transmettre des émotions et désir de partager avec les autres. Le travail consiste justement à aboutir à une évidence, une œuvre qui, par ses couleurs, a presque pour mission de «soigner», dans le sens où elle renvoie à un lien fort avec la nature, dans un monde extrêmement brutal. Je suis très sincère dans ce que je fais, et je ressens le besoin vital d’emmener le public vers la beauté.

Butinage | 2017 | Photo. Bernard Morales |  HEART and crafts & Nelly Saunier ©

Éric : La plume, c’est la liberté ?

Nelly : C’est d’abord une émotion. Pour moi, elle représente la douceur, la légèreté, la finesse et la beauté. Elle m’allège des pesanteurs de ce monde souvent brutal et sa symbolique s’accorde à merveille avec l’idée de liberté. Je marche la tête dans le ciel, c’est très puissant, et encore plus aujourd’hui. C’est un ressenti. La plume est un matériau d’une immense richesse qui crée un émerveillement constant. Aujourd’hui, tout le monde voit la beauté des plumes, et l’utilise, et peut-être ai-je contribué à ce que cette tendance advienne. Depuis longtemps, je ne ressens aucune barrière pour utiliser la plume dans des univers très différents.

Arabustier — Nature transformée N°9 | Détail | 2019 | Photo. Chloé Adelheim |  Nelly Saunier ©

Éric : Comment trouvez-vous vos plumes ?

Nelly : J’ai commencé, enfant, en glanant des plumes de geai, tombées de leurs mues, au travers des chemins. Mes sources sont multiples : des éleveurs aux revendeurs comme fournisseurs, en passant par des particuliers, c’est au travers de rencontres et de partages que mes collections s’enrichissent dans le respect de la préservation des espèces. Il y a souvent de belles histoires comme cette femme qui, par amour et par émerveillement pour son oiseau, gardait toutes les plumes tombées de ses mues. Elle m’a dit qu’elle ne savait pas au départ pourquoi elle les gardait.

Puis elle a découvert mon travail, et trouvé du sens en m’envoyant toute une vie de collecte des plumes de son oiseau. Voici une anecdote plus personnelle sur l’origine de mes plumes. Une perruche, qui s’était perdue dans la nature, avait élu domicile chez ma tante, celle-ci conserva ses plumes quand elles tombaient des mues. Elle me les envoya par trois suivant son humeur et durant trois années. De cette collecte toute particulière est née l’œuvre Prémisses du printemps. Dans le contraste entre le noir luisant des arbres mouillés et la luminescence du vert printanier, je rends hommage à la fois à ma tante aujourd’hui décédée et à la beauté de cet oiseau.

Atelier | 2016 |  Nelly Saunier ©

Éric : Combien de Natures transformées avez-vous réalisées jusqu’à présent ? Et quelles sont les perspectives envisagées pour la suite de cette série ?

Dahlia — Nature transformée N°2 | Exposition Feather | Galerie @KCUA | 2016
Photo. Tekeru Koroda | Nelly Saunier © 

Nelly : À présent, j’ai une collection d’une trentaine de pièces d’une envergure allant de 15 cm à 4 m 80. Les nouvelles perspectives pour les Natures transformées s’organisent autour d’événements ou d’expositions dans des lieux dédiés tels que galeries d’Art ou musées. Les thématiques abordées mettent toujours en valeur les liens qui nous unissent à la Nature.

Atelier | 2016 | © Nelly Saunier

Montre Oiseaux Enchantés | 2016 | Photo. Voltaire / Aurore Colibert | © Van Cleef / Arpels & Nelly Saunier
Légende image

Geste | 2018 | Photo. Virginie Merle | © Nelly Saunier

Légende image
Boucles d’oreille Palmier | 2017 | Photo. Sébastien Coindre | © Piaget & Nelly Saunier

Évènements prévus en 2021 :

  • La nuit du rossignol, exposition à la Philharmonie de Paris en mars 2021,
  • Poils, plumes et cheveux, Maison des Arts d’Anthony en mai 2021.

Glycine — Nature transformée N°8 | Détails | 2018 | Photo. Virginie Merle | Nelly Saunier © 

Ces métamorphoses appellent à la rêverie :
surprendre est pour Nelly Saunier une signature,
l’expression de sa singularité.

Extrait de la présentation des Natures transformées.

HOMEMADE

PEPS & VITAMINES

CULTURAMA HOMEMADE est né bien avant l’émission homonyme de Netflix le 1er avril 2020 en plein confinement de la volonté d’une équipe de partager sa passion pour l’Art et le Design. Les moyens de production sont légers, et surtout distants les uns des autres, mais l’envie de faire l’emporte depuis le début sur les restrictions de liberté !

Épisodes liés

Découvrez

CULTURAMA STUDIO

CULTURAMA, la nouvelle destination des découvreurs, vous accompagne dans l’exploration et la découverte de l’Art et du Design du 21e siècle. CULTURAMA STUDIO propose des créations audiovisuelles, des coups de cœur, des exclusivités, des interviews, des reportages.

Numéros liés

Numéro 45

Numéro 45

ÉLéments II | Musée d'Art He Xiangning | Photo. Shao Yi & Libiao | Anne...

Numéro 44

Numéro 44

Affiche de Speak BROTHER Speak | KAMUN ©[dsm_text_divider header="sommaire"...

Numéro 43

Numéro 43

Sans titre | Peinture sur photographie | Acrylique et encre | 2019 | Christian...

Rédaction

  • Barbara Marshall
  • Grigoriy Manucharian
  • José Man Lius

Contactez-nous :
ericdeculturama@gmail.com

Nous remercions tous les contributeurs volontaires qui ont coopéré à la création de ce webmagazine.

© Culturama.studio