Webmagazine

Numéro 44

par | novembre 2020 | Art

CULTURAMA, explorateur de tendances, est la nouvelle destination des découvreurs défendant le meilleur de l’Art, de l’Architecture et du Design afin de réinventer votre style de vie contemporain.

Webmagazine et diffuseur de création audiovisuelle avec CULTURAMA STUDIO, CULTURAMA vous accompagne dans l’exploration de l’Art et du Design du 21e siècle, grâce à des coups de cœur, des exclusivités, des interviews, des reportages.

L'espace au quotidien

Affiche de Speak BROTHER Speak | KAMUN ©

sommaire

CULTURAMA-44-KAMUN

Kamun

« La principale fonction de l’art est d’ordre social… »
Culturama Studio

Homemade

Une expérience unique, tournée en plein confinement…
Culturama Homemade

Explorateur

Tendances de l’Art, de l’Architecture et du Design au 21e siècle.

Édito

Une parole vivifiante

culturamastudio
Alors que le retour de la vague pandémique se confirme en Europe et que le couvre-feu s’étend au fur et à mesure sur le territoire français, la culture et l’Art se retrouvent réduits à la portion congrue des couvertures médiatiques et des décisions politiques. Pourtant, « vivre sans » revient bel et bien à se couper de ses émotions et à laisser le champ libre à la peur et au repli sur soi. L’Art dans notre société n’est ni un secteur d’activité, ni un passe-temps comme les autres ; il donne place à une parole vivifiante, en ouvrant au ressenti d’autres points de vue que le sien sur le monde, et à la perception de vibrations inédites que l’on n’aurait pas imaginées. En un sens, l’Art nous sauve de nous-mêmes.

CULTURAMA vous présente Kamun, un artiste numérique qui s’inscrit, selon ses termes, dans « l’Art social ». S’il s’empare de sujets douloureux tels que le racisme ou la colonisation, son travail ne se limite pas à une forme de militantisme, car la quête d’identité reste sous-jacente chez Kamun. En allant à sa rencontre, vous découvrirez une liberté de ton, un style bien reconnaissable et des messages forts, comme Speak BROTHER Speak.

Entre soi et les autres

L'ART SOCIAL

KAMUN

Eric de CULTURAMA : Vous vous définissez comme un Africain de la Caraïbe, un déraciné en quête de lui-même, de son Histoire. Cette recherche de soi enrichit votre œuvre. À l’inverse, l’expression artistique a-t-elle contribué à votre quête ?

Kamun : Sans aucun doute, inconsciemment. Je m’interrogeais sur ma personnalité et mon positionnement dans la société avant même d’en constituer un sujet de recherche artistique. À force de me poser des questions et de me représenter à travers différents médiums, j’ai pu m’englober dans un Tout, dans un mouvement, pour me définir sans me figer sur un savoir-faire donné. Mon expérience en tant que travailleur social a fortement contribué à délimiter ce Tout : je suivais plus particulièrement des adolescents issus de contextes violents. Plus globalement, j’accompagnais l’individu, je l’amenais vers notre société. Cette expérience est devenue l’outil à l’origine de ma démarche artistique.

Cécile Rogue & Nelly Saunier©

RRR-3 | KAMUN ©

Eric : Qu’est-ce qui a vous a influencé, que ce soit un événement ou une rencontre, dans votre décision de vous focaliser sur l’aspect social de l’Art ?

Kamun : En 2014, quand les premières déclinaisons de mes personnages sont nées, celles-ci ressemblant à des logotypes, je me sentais encore éloigné d’une démarche artistique. Ces personnages formaient The BROWN Family, mais cette dénomination, basée sur la couleur, me semblait encore partielle et réductrice. Jusqu’à ce qu’un ami d’enfance m’indique que BROWN signifie surtout « Black Realise their Own World Now ». Mon interprétation de ce sigle est « Réalise-toi ! Mets-toi en action ! ». Cette expression m’a ainsi permis d’affiner ma démarche. Ces personnages sont la véritable représentation de mon cheminement, de ce que je ressens et défends.

RRR-1 | KAMUN©

RRR-1 | KAMUN ©

Le second événement clé, qui m’a poussé à m’ancrer pleinement dans l’Art, fut la perte d’emploi. Je me suis remis en cause devant un dilemme : persévérer sur un marché de travail incertain ou bien me lancer dans la création et me « mettre aussi dans l’action ». Le temps était venu de signifier alors ma démarche « BROWN », m’inscrire dans une proposition artistique et professionnelle, interroger notre société, nos positionnements, nos rôles par rapport à la politique, par exemple. La suite appartient à l’histoire…

Contamination | KAMUN©

Contamination | KAMUN ©

Eric : Dernièrement, vous avez produit une série ROUGH, the ROOTS of REVOLUTION qui questionne la place des « essais ratés » dans la réalisation de l’œuvre finale. Le film d’animation Speak BROTHER Speak est un autre travail récent, qui traite du racisme et de la carence de patrie, entre autres. Quels sont vos futurs projets ?

Kamun : Je travaille sur une exposition intitulée Carnet KRITIK qui devrait avoir lieu en 2021. Il s’agit d’une série de dessins traitant de l’actualité de Guadeloupe des dernières années. Ces problèmes, pourtant, ne sont pas nouveaux, ils perdurent, sont omniprésents, et des fois resurgissent avec force dans notre actualité sociale. Par exemple, les coupures d’eau à cause des rénovations interrompues suite à la disparition des plans de canalisations ; dans certains quartiers, ces coupures peuvent durer jusqu’à un mois en raison des fuites non localisables dans le réseau, sans pour autant diminuer la facturation des consommateurs.

Puis, il y a eu l’incendie du 28 novembre 2017 qui a détruit le CHU de Pointe-à-Pitre et qui a modifié l’attitude de la population ; on dit aux enfants d’essayer de ne pas se blesser en jouant car on n’a plus d’hôpital, et si un grand-parent tombe malade, le premier réflexe est de partir en France hexagonale. On vit donc dans un climat de peur et de méfiance. Enfin, l’empoisonnement de la terre empire cette situation sanitaire catastrophique ; le traitement des bananes dans les Antilles françaises entre 1972 et 1993 impliquait l’usage intensif du chlordécone, un insecticide organochloré qui a été interdit aux États-Unis en raison de ses répercussions sur la santé, notamment l’apparition de cancers de la prostate chez les exploitants agricoles. En France hexagonale, pour finir leurs stocks de chlordécone, les békés ont insisté auprès du Ministère de l’Agriculture pour prolonger leur autorisation d’épandage. Cette décision a été économiquement « productive » mais, en contrepartie, a provoqué la pollution d’une large partie des terres de la Martinique et de la Guadeloupe. Le taux de cancers s’avère globalement plus élevé sur ces territoires, notamment chez les agriculteurs qui travaillaient avec du chlordécone à l’époque.
KAMUN derrière son autoportrait | Laurence Baptiste Salomon©

KAMUN derrière son autoportrait | Laurence Baptiste Salomon ©

Ces faits et ces réflexions sont au cœur de Carnet KRITIK, qui les traite et les met en lumière. Il s’agit aussi d’une évolution organique de mon style, qui va maintenant au-delà de simples portraits, en incorporant désormais des éléments en lien avec des événements réels.

HOMEMADE

PEPS & VITAMINES

CULTURAMA HOMEMADE est né bien avant l’émission homonyme de Netflix le 1er avril 2020 en plein confinement de la volonté d’une équipe de partager sa passion pour l’Art et le Design. Les moyens de production sont légers, et surtout distants les uns des autres, mais l’envie de faire l’emporte depuis le début sur les restrictions de liberté !

Épisodes liés

Découvrez

CULTURAMA STUDIO

CULTURAMA, la nouvelle destination des découvreurs, vous accompagne dans l’exploration et la découverte de l’Art et du Design du 21e siècle. CULTURAMA STUDIO propose des créations audiovisuelles, des coups de cœur, des exclusivités, des interviews, des reportages.

Numéros liés

Numéro 46

Numéro 46

Broche | 2015 | Photo. Sébastien Coindre | Piaget & Nelly Saunier...

Numéro 45

Numéro 45

ÉLéments II | Musée d'Art He Xiangning | Photo. Shao Yi & Libiao | Anne...

Numéro 43

Numéro 43

Sans titre | Peinture sur photographie | Acrylique et encre | 2019 | Christian...

Rédaction

  • Barbara Marshall
  • Grigoriy Manucharian
  • José Man Lius

Contactez-nous :
ericdeculturama@gmail.com

Nous remercions tous les contributeurs volontaires qui ont coopéré à la création de ce webmagazine.

© Culturama.studio